Sommet des Rochers de la Balme

23 juin 2013 par Fred

Distance : 12.8 km
Temps : 5h30
D+ : 1080 m

Encore une randonnée dans le Vercors au programme de ce samedi. La météo annonce quelques nuages le matin, un ciel dégagé pour l’après-midi et une chaleur supportable. Parfait. Cap sur Chênevarie, un hameau de la commune de Château Bernard. Il y a de la place pour garer quatre voitures devant la fontaine. La nôtre sera la quatrième… Les nuages sont denses, ne sont pas bien hauts et couvrent totalement le sommet des montagnes. J’ai des doutes que ça se lève rapidement. Mais puisqu’on est là… Allons-y !

Comme à notre habitude depuis quelques semaines, nous traînons un peu au début pour admirer les orchidées qui ne manquent pas. Orchis odorants, Orchis de Fuchs, Orchis homme pendu, Grandes Listères, Ophrys mouche, Céphalantères à longues feuilles, Néotties Nid d’Oiseau sont les quelques espèces que nous trouvons sur les cent premiers mètres de montée.

Un peu plus haut la forêt se fait plus dense. L’atmosphère est humide et pas très agréable. Nous traversons une zone abattage. Les troncs gisent en désordre en travers du sentier. En sortant de la forêt, nous trouvons des Orchis Sureau, des Narcisses, des Phalangères à fleur de lis.

1600 m. Nous sommes dans les nuages… 1700 m. Nous trouvons quelques plaques de neige à proximité du sentier. Christelle a faim. Donc comme à notre habitude, nous mangeons tôt. La position sur le bord du chemin n’est pas très confortable. Passons… L’estomac avant tout !

Une pierre dévale la pente à quelques mètre de nous ! “On nous jette des cailloux !” Nous essayons de percer les nuages pour voir l’auteur de ce méfait… Rien… Si ! A la limite de notre visibilité, apparaît un bouquetin avec des cornes immenses. Un vieux solitaire. Il descend tranquillement la pente en gardant bien ses distances.

la vue s’est un peu dégagée pendant notre repas. Les nuages sont désormais au dessus de nous, mais couvrent toujours les sommets. Nous reprenons notre chemin. Nous arrivons à un passage en pente raide avec des lacets serrés. L’endroit pourrait peut-être impressionner les personnes les plus sensibles au vertige (surtout à la descente). Nous croisons deux jeunes bouquetins… Christelle a peur qu’ils se tordent le cou en descendant d’une petite falaise. C’est sans compter l’agilité de ces animaux !

Nous arrivons au pied d’une croix et empruntons un sentier en balcon. Un peu plus loin nous trouvons une stèle en mémoire de quatre résistants du Vercors, scellée dans la falaise. Nous arrivons enfin au pas de la Balme (1839 m) et là, surprise la vue sur le versant Ouest est (presque) parfaitement dégagée.

Bien que non balisé et non cartographié, le sentier qui part sur la gauche en direction de la Tête des chaudières est parfaitement marqué. Et l’endroit est même assez fréquenté. Il semble que les randonneurs que nous croisons ont préféré partir de Corrençon. Personnellement, ça ne me tente pas… Je n’apprécie guère les randonnées au milieu des remontées mécaniques.

Nous trouvons quelques névés à proximité du sentier et donc quelques Soldanelles. Il y a aussi beaucoup de Pensées, des Primevères et quelques Silènes acaules. Le sentier nous mène sans difficultés jusqu’à la Tête des Chaudières (2029 m) marquée par un gros Cairn. Nous nous attardons quelques instants. La vue sur Corrençon, Villard de Lans, la plaine de Darbounouse, est assez bien dégagée.

De l’autre coté se trouve le sommet des Rochers de la Balme, lui aussi marqué par un gros Cairn bien visible. Par moments il disparaît dans les nuages. Il est certain que ce n’est pas aujourd’hui qu’on profitera de la vue là haut. Mais je décide d’y aller quand même parce que… c’est tout prêt et un peu plus haut. L’itinéraire suit une petite crête. Il n’y a pas de sentier, mais c’est facile.

A la descente, je prends un petit raccourci pour éviter de remonter à la Tête des Chaudières, mais pour le reste, nous avons suivi l’itinéraire de la montée.

Mots clés : Randonnée